computer-workstations-415138_640Le resserrement du crédit des banques primaires durant la crise, qui devait n’être qu’un élément conjoncturel, a semble-t-il muté en un phénomène structurel avec l’accroissement de divers acteurs financiers non-bancaires. Il est donc légitime de s’interroger sur l’avenir de ces nouvelles institutions financières : sont-elles toutes fiables ?

Le financement sans les banques a-t-il un avenir ?

Sauront-elles tenir si jamais une nouvelle crise survenait ? Sans vouloir alarmer les esprits et surtout brider l’esprit entrepreneurial qu’il faudrait au contraire stimuler, il ne faut cependant pas oublier que la finance comporte des risques, l’important étant de bien les calculer.